institut de formation en ergothérapie

Lorraine Champagne-Ardenne

Menu

Histoire de l’ergothérapie

L’ergothérapie trouve son origine au début du XX° siècle en Amérique du Nord, grâce aux médecins psychiatres qui développent l’activité comme une thérapie. Elle s’étend progressivement à la réadaptation au travail, l’activité est utilisée pour son utilité dans la restauration des capacités physiques.

L’influence des guerres mondiales couplée à un programme de développement de l’OMS favorisent l’émergence de la profession en France dans les années 50.

C’est dans les années 70 que le concept de handicap voit le jour et que l’on commence à considérer le contexte environnemental et social de la personne comme facteurs de santé. L’ergothérapie prend alors toute sa dimension en agissant sur les liens étroits entre la personne, l’activité et le contexte dans lequel elle est réalisée.

Aujourd’hui la profession connaît un essor important lié entre autre au vieillissement de la population, l’augmentation de l’espérance de vie, l’émergence de nouvelles pathologies (troubles de l’apprentissage, autisme, maladie d’Alzheimer, maladie rares.), le développement des technologies médicales. Le développement des actions de promotion de la santé entraîne une hausse importante de la demande de service en ergothérapie.

Historique des Instituts de Formation en Ergothérapie

Les deux premières écoles d’ergothérapie sont créées en octobre 1954 : à Nancy et à Paris à l’Hôpital des enfants malades ; elles sont autorisées à délivrer un diplôme privé.

Entre 1965 et 1974 sont créées 6 autres écoles d’ergothérapie;

Il faut attendre 2009 pour voir la création d’un 9ème institut de formation, suivi entre 2011 et 2017 par 15 autres instituts.

Actuellement, les 24 instituts de formation forment en moyenne 970 étudiants chaque année.

Evolution de la formation en ergothérapie : exemple de l’école d’ergothérapie de Nancy

1954-1974 : l’époque pionnière

En 1954, la formation, d’une durée de deux ans, est sanctionnée par un Diplôme Privé d’Ergothérapeute. L’organisation et l’enseignement sont assurés la première année par Mlles P. Everett et A. Russel qui par ailleurs organisent l’ergothérapie à Gondreville et à l’hôpital central. Le programme s’inspire des principes d’enseignement énoncés par l’association mondiale d’ergothérapie. Il comporte l’étude des mêmes matières médicales que les kinésithérapeutes, l’étude des techniques artisanales et de la cinésiologie des métiers, des stages en ateliers, et des stages thérapeutiques. Dès la deuxième année, Andrée Roche, diplômée de l’Association Anglaise des Ergothérapeutes, se voit confier la coordination et la marche générale de l’école ; en même temps elle est responsable du service d’ergothérapie de Nancy jusqu’à ce qu’elle soit victime d’un traumatisme crânien qui l’oblige à cesser ses activités en 1963 ; Mlle Rolande Ferry, ergothérapeute au centre de Nancy assure son intérim jusqu’à ce que Paul Farcy issu de la 2e promotion de l’école d’ergothérapie de Nancy de 1956 à 1958 lui succède pendant 27 ans comme directeur technique. Gabriel Gable assure sa suite à partir de 1990. Les diplômés encadrent au fur et à mesure les stagiaires et participent à l’enseignement. Mlle Cotty forme aux pratiques artisanales.

Des aménagements du programme officiel sont introduits pour parer aux manques qui apparaissent dans la pratique. Par exemple les élèves des deux écoles reçoivent un enseignement complet de psychologie et de psychopathologie appliquées aux handicapés. Malgré ces tentatives d’amélioration de l’enseignement, et donc de la qualification professionnelle, « l’intégration du kinésithérapeute ou de l’ergothérapeute nouvellement diplômé dans une équipe de rééducation est encore très délicate. Une année au moins de travail dans un Centre est nécessaire pour lui permettre d’affirmer ses méthodes ». La moyenne des ergothérapeutes formés est de 4 étudiants durant les 10 premières années et de 6 jusqu’en 1967.

Après 1974

En 1974, le diplôme d’état d’ergothérapie est créé et remplace le diplôme privé d’ergothérapeute. Au cours des années quatre-vingt-dix, les débouchés de l’ergothérapie connaissent une expansion rapide en raison de son orientation vers l’adaptation du domicile de la personne handicapée. En 1993, l’agrément pour la formation d’ergothérapeute passe de 25 à 35 étudiants puis à 48 en 2001, un moniteur cadre ergothérapeute est recruté à mi-temps. Progressivement, les systèmes de valeur évoluent : la notion de « reprise de travail », prioritaire dans la période d’après guerre par la nécessité d’une main-d’œuvre abondante, s’estompe au profit de la « qualité de vie ». Le « projet de vie du patient » s’impose.

Ecole d’ergothérapie de 1978 à 2006
Ecole d’ergothérapie de 1978 à 2006

Un nouveau programme d’étude (1990) consacre cette évolution. L’apprentissage des « techniques manuelles » diminue de 25 % à 8,5 % du volume total d’heures d’enseignement, en revanche le temps consacré à l’enseignement médical augmente de 19 % à 35 % ainsi que les techniques de réadaptation de 7 % à 16 %. Les contenus et méthodes pédagogiques sont orientés vers les besoins nouveaux de la réadaptation. À l’étude initiale des techniques artisanales et la cinésiologie des métiers succède l’analyse de « l’activité » dans ses composantes physique et psychosociale. Les activités étudiées se référent à la classification de la CIH-2 : activités liées à l’entretien personnel, activités domestiques, activités des « grands domaines de la vie ». La connaissance des activités communes se complète de l’apprentissage d’une méthode de traitement d’ergothérapie basée sur l’évaluation des besoins, la finalisation des moyens et la maîtrise de techniques spécifiques du domaine de la rééducation (appareillage, gestes de prévention, manutention des malades et charges, installations de confort et de protection orthopédique), du domaine de la réadaptation (aides techniques, contrôle de l’environnement, aménagement du domicile). Les enseignants praticiens au sein de l’IRR donnent à la formation d’Institut de formation en ergothérapie de Nancy son caractère pragmatique reflétant la pratique professionnelle.

(source : ouvrage "De l’institut de réhabilitation des diminués physiques à l’institut régional de réadaptation : 1954-2004").

Depuis 2006

En 2006, un agrément est autorisé pour 54 étudiants, avec l’ouverture de l’Institut de Formation en Ergothérapie au 4, rue des Sables à Nancy.


Institut de Formation en Ergothérapie depuis 2006

L’arrêté du 05 juillet 2010 définit un 3ème programme d’étude, plaçant l’étudiant au centre de sa formation professionnalisante.

La formation conduisant au Diplôme d’Etat d’Ergothérapeute vise à l’acquisition de compétences pour répondre aux besoins de santé, d’autonomie et de qualité de vie des personnes suivies dans le cadre d’un travail en interprofessionnalité.

La formation des ergothérapeutes dépend des ministères de la santé et de l’enseignement supérieur et de la recherche.